~ Mon compte ~

Kells
Centre Culturel du Crous @ Reims
le 23/10/2009

photos
Publié le 07/08/2020, par le_renard
La soirée a lieu dans l'enceinte du Centre Culturel du Crous de Reims. Après avoir vaguement hésité sur le chemin à prendre, tourné en rond au milieu du campus universitaire, nous nous faisons guider pour trouver le bon bâtiment. Une fois à l'intérieur, nous suivons les nombreux panneaux mentionnant "Concert Kells", qui indique la direction à prendre, à travers un dédale de couloirs et d'escaliers.

La soirée est déjà commencée, nous nous installons confortablement. En effet, il s'agit d'une salle pluri-culturelle équipée de fauteuils sur un sol pentu, comme au cinéma. En bas, une petite scène sur laquelle Kells installe leur matériel et font les dernières balances.

Le concert débute, devant un public relativement peu nombreux, avec l'intro tourmentée de "Réminiscences". Virginie, admirablement coiffée et maquillée (waouw, la tonne de rouge à lèvre ! on dirait une pin-up des années 80 ^^), se tient droite, la tête baissée, immobile. Puis déferlent les riffs ravageurs de "Avant que tu", et alors tout se met à bouger dans des larges mouvements, les musiciens remuent sur place, Jano à la batterie lève haut les bras et abat ses baguettes avec violence sur ses caisses claires et ses cymbales. Virginie entame un immense headbang, ses cheveux partent dans tous les sens. Tout le monde parait comme montés sur ressorts, à l'image de Virginie qui sautille, se plie en quatre, se jette à genoux au sol, headbangue comme une malade, se relève et tournoie sur elle-même.

Le show comprend de grands titres devenus "tubes" tels que "Délivre-moi", "Mes rêves" ou "Gaïa", sur lequel Virg s'octroie un petit grunt. L'énergie est à son maximum, les cheveux en bataille volent dans tous les sens, le rouge à lèvre coule en faisant de grosses traces, les tresses de Laurent (basse) sont comme des milliers de tentacules dans une mer déchainée. Toute cette scène sous le regard malicieux de Dogz, la mascotte, solidement campée sur le devant de la batterie. Patrick (guitare) vient s'agenouiller en grattant ses cordes juste sous le nez des deux jeunes filles assises par terre au premier rang.

Pendant un court break musical, pour faire patienter le public, Pat entame du Gypsy King à la gratte tandis que Lo enchaine avec le début de "Seven Nation Army" des White Stripes. Jano se permet une fantaisie sur "Sans Teint" et en perd une baguette, lol! Il bourrine comme un forcené sur sa batterie, en croisant les bras, ou jouant à l'envers, du grand n'importe quoi... "Des années de travail", comme le souligne ironiquement Pat.

Le show repart de plus belle, avec un grand moment d'émotions sur "Le Ciel", en hommage au petit Adrien. La reprise de Kim Wilde "Cambodia" est un véritable succès, le solo de guitare, le slapping à la basse, les arrangements, cette reprise est magnifique!

Malgré un faux départ pour "Etat d'Arme" ("du bruiiiiit!!!"), le set se termine par un jump collectif, une bonne ambiance, une frénésie vertigineuse s'empare alors de moi, j'adore cette chanson!

Ce soir, la prestation était bonne, énergique (on apprendra même plus tard que Virginie s'est mis un gros coup de genou dans le visage pendant un headbang, elle s'en sortira avec un coquard énorme...), mais ce n'est néanmoins pas le meilleur concert qu'il m'ait été permis de voir de Kells... En effet, le manque de public devait compter pour beaucoup. Peut-être le lieu n'était-il pas si bien approprié ? Un campus universitaire éloigné du centre-ville, un vendredi soir, n'est pas forcément un lieu très peuplé... Ce qui est fort regrettable. En tous cas, personnellement, j'ai passé un bon moment.

Les photos du concert