~ Mon compte ~

Crystal Wall
La Maroquinerie @ Paris
le 08/07/2006
Publié le 14/12/2019, par Guardian
Crystal Wall , Heavenfest , Paris , 08/07/2006 :


En ce 8 juillet, la Maroquinerie de Paris se transforme en salle spécialisée dans le métal symphonique, et ce sont les Crystal Wall, groupe de Fontainebleau, qui a la lourde tâche d'ouvrir le festival. Un festival organisé par metal symphonie en partenariat avec Eléanor, qui, disons le d'avance fut une forte réussite dans une organisation exemplaire.
A part qu'avec Crystal Wall, on va découvrir le sens du mot metal symphonique dans le sens large du terme. Car de symphonique, le groupe n'a que leur son de clavier et les empreintes vocales féminines qui surplombe le répertoire du groupe. A un tel point que certains se demanderont sûrement si ils ne se sont pas trompés de lieu lorsque qu'après que l'intro "Hostage" s'achève, que les Seine et Marnais investissent les planches en balançant "War Lust", alors qu'ils ne sont qu'entre mâles. D'autant plus que, comme le veut la tradition, le groupe d'ouverture hérite également du son d'ouverture, comprendre le plus brouillon de la journée. Plus déroutant encore car le son du clavier est très en retrait comparé au son des grattes. Pas très étonnant alors, que lorsqu'on connaît un tantinet la musique du combo, que le set commence plus sous un nuage death métal que symphonique.
Surprise, la salle est déjà bien pleine, et cela semble considérablement mettre la pression sur le groupe, qui pour un premier gros set (cf interview), manie la barre avec les honneurs. Ne nous mentons pas, il n'y a pas là le niveau des autres groupes comme Wildpath ou Benighted Soul, mais le travail derrière n'est pas le même non plus. Le groupe est encore tout jeune, et bien qu'il parait plus amateur que certains, on reste assez surpris par la qualité du set pour le tout premier jet du jour. C'est Olivier qui commence par le chant death, alors que Célia rejoint ses collègues par la suite, posant sa voix cristalline dans ce monde de brutes, en rassurant de la manière certains qui n'y croyaient plus. Le temps d'un bonjour et d'une petite présentation, et c'est repartit de plus belle avec "Back in Mind", seul extrait ne figurant pas sur la récente démo éponyme du groupe. Car ce soir, le set est placé sous le signe de la publication de leur premier enregistrement, et de ce fait, la totalité de cette production maison est jouée, dont "The Arrival" , chanson phare du tout groupe.
Musicalement, il n'y a pas grand chose à dire, le groupe semble être à l'aise, particulièrement au niveau des guitares, alors qu'Olivier écrase ses grunts sans la moindre difficulté. Non pas qu'il n'y ait pas de travail, loin de là, les Crystal Wall devront encore beaucoup persévérer pour arriver au niveau des têtes d'affiches, mais on sent une certaine sérénité et plaisir d'être là. L'accueil n'en est que plus chaleureux, et l'ambiance bonne enfant. Il faut dire que le groupe a ramené une bonne partie de sa fan base, eux qui évoluent non loin de la capitale. Alors forcément, tout le monde s'y met, alors que des pogos démarrent et que le seul slam du festival domine la fosse.
Le groupe n'en joue que mieux en voyant ça, et se relâche, permettant une meilleure appréciation au fur et à mesure du cours set qui leur est attribué. La radieuse Célia n'en chante elle aussi que mieux, et pour une fois, l'originalité du groupe vient du chant féminin !!! En effet, bien osé est le fait de calé une voix lyrique sur des compos death mélodique, au risque de réputé les plus bourrins. Quoiqu'il en soit, les quelques problèmes de sons n'y changeront bien, et lorsque le groupe achève son set sur "Jamian", ils sont priés de jouer une chanson supplémentaire qu'est "Rain", un peu plus calme que le reste du set.
Après 40 minutes d'un concert convaincant, on ne peut s'empêcher de dire qu'il y a beaucoup de travail encore, mais notre petit doigt nous dit que nous ne tarderons pas à réentendre parler de ce groupe, et aux vues des applaudissements, nous ne sommes pas les seuls à l'espérer.

Je dédis ce report à Célia, qui a maintenant quittée le groupe. Puisses-tu nous revenir bien vite ;)