~ Mon compte ~

Epica
Z7 @ Pratteln
le 05/08/2006
Publié le 14/12/2019, par Guardian
Retrouver EPICA dans un festival n'est plus une surprise, puisque où que nous allons, les Hollandais s'y trouvent. Un peu blasant pour ceux qui n'accrochent pas trop, mais fort heureusement, nous n'en sommes pas. Mais il y a un gros hic, car ce soir le groupe lui-même semble totalement blasé de jouer, ne montrant pas le moindre soupçon de motivation, et préférant balancer pour la 15000ème fois de sa carrière une set-list prévisible à souhait, tout en nous gratifiant d'une tête digne d'un enterrement. Peu plaisant me direz-vous. Et si ça ne s'arrêtait que là... Le set est remplie de pains à tous va, Simone est à côté de la plaque, se trompe dans ses lyrics, chante décalée par rapport aux samples, chacun joue de son côté, ne levant même pas les yeux vers les autres membres du groupe. Le constat nous semble tellement amer qu'on est presque content au moment ou le son leur est coupé pendant quelques secondes. L'ensemble est encore plus dramatique de loin : la scène est statique, simplement animée par un jeu de light se contentant de mettre la belle Simone (qui ne l'est plus tellement lorsqu'elle affiche une telle moue) en avant. Les interrogations se posent alors : pourquoi le groupe occupe-t-il une place si haute sur l'affiche si il n'a pas la moindre attention de respecter ses fans et de leur livrer une prestation ne serait-ce moyenne, plutôt que de se forcer à jouer et montrer un set pitoyable à ce point? En tout cas, pour nous la question ne se posera pas. Après 6 chansons, on préfère une bonne assiette de frites, qui a bien meilleur goût que cette plaisanterie.