~ Mon compte ~

Edenfall
Les Trinitaires @ Metz
le 17/03/2006
Publié le 20/07/2019, par Guardian
Après de nombreuses tentatives sans succès, ce 17 mars est un jour a marqué d'une pierre blanche puisque enfin je vais voir Edenfall. Arrivée à 21h aux Trinitaires de Metz et descente dans le caveau ou joue le groupe ce soir. Une cinquantaine de personne a fait le déplacement pour assister à la performance des Lorrains.
A 21h30, l'intro commence dans une confusion générale alors que les membres du groupe étaient encore à discuter dans la salle. Le set débute par "Arteries of the Underworld" qui donne le ton : Edenfall officie dans un registre heavy speed. Riffs entraînants et rythmiques puissantes sont donc de mise. Même si le style à déjà été visité et revisité, avec la prestation à laquelle on assiste ce soir, on se rend compte qu'il a encore de beaux jours devant lui. Très loin de tombé dans le plagiat, on constate que les morceaux sont bougrement bien bâtis, avec des touches de métal progressif par-ci, par là.
Belle façon de débuter le concert, l'enchaînement sur "Phoenix Rising" ne fait que de le confirmer. Ca part en ballade au piano, et comme souvent ça finit avec des cheveux qui volent. Marie est vocalement bien en forme et fait ses premières preuves sur quelques envolées dans cette chanson. Malheureusement, le groupe souffre de conditions pas toujours optimales, et de gros problèmes de retour où de HF. Ainsi la chanson sera dépouillée du solo de Georges. Ceci dis, cela ne gâche en rien le plaisir et on a bien vite fait d'avoir ce refrain dans le crâne ou de secouer la tête, d'autant plus qu'Eric à la batterie est en très grande forme et que le son de la double est énorme! "Midnight Sun" dépasse elle aussi les 7 minutes et confirme bien la technicité des compositions qui, renforcée par les atmosphères planantes mais pas étouffante du clavier de Pinot (Dieu existe!!!), et du timbre de voix unique de la charmante Marie au chant, fait qu'il n'est pas bien difficile de savoir à qui on a à faire.
Même si le public reste bien timide, Marie n'hésite pas à faire tout ce qu'il faut pour le chauffer, Guillaume et Georges se promènent un peu partout, Pinot manque de se claquer la tête contre son synthé et Eric cogne toujours comme un dingue. Forcément, ça entraîne, et à la demande de Marie, la foule se rapproche et fait monter l'ambiance d'un petit cran lorsque débarque la reprise du "Monolith of Doubt" d'After Forever. Si Marie n'est pas Floor, le groupe ne démérite pas de tenter de faire une version un peu différente de l'originale, la chanteuse ne tentant à aucun moment de s'approprier les qualités vocales (et surnaturelles!) de sa collègue, ce qui est tout à leur honneur. On regrette juste l'absence du chant guttural sur les couplets.
Après 25 minutes bien intense, "Chrysalis" laisse retomber la pression. Cette ballade magnifique entre Marie et David joue dangereusement avec les sentiments pour peu qu'on soit émotif. Alors pour pas nous faire sombrer dans une dépression interminable, Marie nous occupe, et le public suit en tapant dans les mains. Une chanson qui prend toute son ampleur en live et qui est un des grands moments du set.
Quoi de mieux pour frapper fort dans des esprits marquées par cet instant qu'est "Chrysalis", qu'une chanson à grande impacte que tout le monde connaît? "She Is My Sin" fait parfaitement l'affaire, et Edenfall s'y colle avec bien plus de succès que la reprise précédente. Qui n'a jamais entendu ces notes? Difficile donc de s'empêcher d'hurler sur ce refrain mythique "A sin for him, desire within...". Forcément ça met dans l'ambiance et maintenant qu'à la fois le groupe et le public semble dans le bain, ça se lâche.
D'autant plus que le "Dust on My Wings part 2" est le moment fort du concert. Comprenez par là, entrée directe dans le vif du sujet, avec chant black assuré par Marie qui crache pratiquement ses tripes , accrochée à son pied de micro. Enorme! Mieux, Georges lui file un petit coup de main, et franchement ça arrache grave! Surtout qu'on a ici affaire à la chanson la plus rapide du combo, avec une mélodie et un rythme irrésistible, conclut comme presque à chaque fois par un solo de Georges. Sans aucun doute LA chanson du concert. Le chant guttural collant parfaitement, aux ambiances dark du synthé qu'Edenfall intègre avec brio dans ses compos, et à la rythmique ultra speed de la batterie, Eric ne demandant que cogner plus vite. On espère donc que le groupe se rendra compte de l'impacte de cette chanson sur la foule et en profitera pour intégrer plus de chant black/death dans ses futurs compos.
Un peu surexcité par tant d'émotions, "Fallen" calme un peu le jeu, et est une nouvelle fois preuve de l'étendue des capacités vocales de Marie. Même recette que pour "Chrysalis", synthé et chant se mêlent une nouvelle fois dans un nuage de sentiment avant de partir sur un tempo plus rapide donné par la basse de Guillaume et ponctué par de nombreux solos de Georges. Le tout s'étalant sur 8 minutes 30 de heavy grandiose.
Après une rapide présentation de ses membres, et une intro assez courte, Edenfall entame son dernier morceau, déjà hymne pour la fan-base du groupe qui grandit chaque jour, j'ai nommé "Moonchild". Une fois de plus, tempo speed à la batterie, gros son de synthé, mais surtout refrain imparable, lyrics faciles et rythmique aisément mémorisables. Edenfall a visiblement compris la recette d'une chanson qu'on oublie plus, et d'un grand moment pour ses futurs grands concerts. En attendant, le show se termine sur des salutations, et une acclamation du groupe, pendant que nous on se refait pèter "Moonchild" une bonne cinquantaine de fois dans notre boite crânienne, histoire que ça dure, parce que Dieu que c'est bon!
Première fois plus que réussis pour moi, qui donne encore plus du panache au rêve, quand on se rend compte que ce soir Edenfall a été bien handicapé par un espace assez réduit, une set-list tenant sur 50 minutes, mais surtout des problèmes techniques et un son assez brouillon par moment. Alors on prend son mal en patience et on attend le prochain concert du groupe qui sera encore un cran au-dessus de la grande prestation de ce soir, avec pleins de solos qui tuent et des refrains à hurler dans une ambiance plus chaleureuse encore, en tout cas c'est tout ce qu'on leur souhaite, et nous on y sera!



Set-list Edenfall :

1. Intro 1
2. Arteries of the Underworld
3. Phoenix Rising
4. Midnight Sun
5. Monolith of Doubt (After Forever cover)
6. Chrysalis
7. She is my Sin (Nightwish cover)
8. Dust on my Wings (part II – Escaping Aphasia)
9. Fallen
10. Intro 2
11. Moonchild