~ Mon compte ~

Interlock
Clisson
le 23/06/2007
Publié le 14/12/2019, par Klaair
Report du fest

De gros, très gros problèmes d’organisation pour ce fest qui prétend désormais à une place parmi les grands noms tels que Waken, Graspop, Summer breeze. L’affiche seule pouvait rivaliser, elle a attiré les foules, malheureusement le reste n’a pas suivi.
De gros problèmes sont à dénoncer au niveau de
La sécurité :
- Dans le camping : absente.
- A l’entrée : Seuls une dizaine de vigils et quatre couloirs d’entrée, du coup une file d’attente monstrueuse et qui fait rater systématiquement les premiers groupes.
- Pour la fouille : par soucis d’économie, pas de vigils femme, pas de fouille femme, un peu limite quand on sait que des artistes meurent sur scène, tués par des « fans ». Ceci n’est pas de la parano mais de la prévention, c’est arrivé, il n’y a pas si longtemps.. et puis on fouille tout le monde ou personne.
- Sur le site : le personnel de sécurité se plaint lui-même d’être en sous effectif, de l’absence d’extincteurs, et de l’absence d’un couloir de sortie.

Les retards :
- La main stage a été finie d’être montée le … samedi et le fest a commencé le … vendredi. Les groupes de première partie de la main stage ont donc été annulés, le vendredi cette scène n’était pas finie, ce qui a entrainé un début d’incendie causé par un court circuit causé par la pluie sur le matériel électrique.
- Trois voir quatre heure d’attente pendant ce temps pour les festivaliers pour obtenir leur bracelet d’entrée. Aucune annonce, info ou autre, pas de messages d’explications ou d’excuses etc.

Mauvais calculs et mauvaises prévisions :
-la main stage qui est commencé trop tard et du coup finie le samedi au lieu du vendredi… cela leur a couté un incendie + l’annulation d’un groupe ne voulant pas jouer dans des conditions non-conformes.
-l’entrée ridicule, quatre couloirs, une dizaine de vigils qui regardent les sacs, et au moins 20 000 personnes … 30 secondes au minimum par personne pour passer, faites le calcul… Cela entraine inévitablement plusieurs heures d’attente, une fois les portes ouvertes.
- chaque jour, ouverture des portes à 14h et premier groupe à 14h aussi. Hum
- au point de vue strictement matériel : toilettes en nombre ridicule, minimum 1h d’attente, poubelles en nombre insuffisant, et non vidées, verre consignés épuisés en quelque heures, jetons des boissons également.
Ces dernières choses sont juste gênantes mais pas vitales il est vrai, mais cela montre bien qu’il y a un sacré problème de prévisions ou de calculatrice… Toutefois, l’impardonnable est de jouer avec la sécurité et l’hygiène des festivaliers qui ont quand même payé 110 euros pour ce fest.
Les artistes sont aussi très mécontents, Therion déclare qu’il s’agit du pire fest et de l’organisation la plus incompétente du monde. Dans les loges des artistes, une toilette et une douche arrivent le samedi, un des membres d’un groupe fabrique son propre WC : une chaise percée en découpant une chaise en plastique. Un autre groupe arrive et il ne reste rien à manger ni à boire, un fan va leur acheter des kebabs … Des groupes présents ont tourné cela à la dérision maintenant et on peut voir sur internet « there is no hell, there is only France ! »

Report de Interlock

J’attendais vraiment ce concert ! Malheureusement trop peu de personnes l’attendaient aussi et Interlock joue sur la petite scène, dans la tente et la salle n’est pas remplie.

Il faut dire que c’est un des seuls, si ce n’est le seul groupe de ce style à l’affiche. Ce cyber metal electro aurait sans doute reçu meilleur accueil sur une affiche plus spécialisée. Quoi qu’il en soit, ils sont enfin là et assurent leur set. Ils nous jouent des titres du dernier album, désormais devenus incontournables, des titres du Remixes et même quelques nouveaux morceaux. Le groupe est très bien assorti et on sent une véritable cohésion entre les musiciens. Le duo vocal est vraiment très intéressant. Ils échangent sans relâche chants, cris, growls, hurlements, dans un tourbillon envoutant les spectateurs… Un soucis de micro apporte un élément supplémentaire ; en effet l’un des deux tombe en panne et les deux vocalistes sont réduits à se partager le micro restant. Ils se passent alors le rescapé à tour de rôle et se font chanter mutuellement. L’unité est parfaite, l’effet frappant, vraiment théâtral, et nous ramène aux grands duos des tragédies romantiques.

Mais les problèmes de son ne donnent pas lieu qu’à des évènements heureux. Les musiciens se donnent à fond sur scène, bien que chacun à sa manière, selon sa personnalité : une bassiste plutôt réservée mais bien présente, des guitaristes plutôt démonstratifs... Seulement voila, on n’entend pas tout le monde et les guitares passent un peu à la trappe… quel dommage de sacrifier ainsi des instruments ! Un groupe à voir et à revoir dans de meilleures conditions.