~ Mon compte ~

Edenfall
Azimut 854 @ Nancy
le 26/04/2006
Publié le 20/07/2019, par Guardian
Edenfall, à moins de 2km, ça ne se rate pas! De plus, ce soir plus qu'un autre, ils ont besoin de soutient, puisqu'il ne s'agit pas d'un concert normal, mais d'un tremplin dans le cadre d'Emergenza Lorraine, qui une fois achevé, propulse le groupe vainqueur à l'Elysée Montmartre. Le principe est simple : 9 groupes ; chaque groupe dispose de 25 minutes pour faire ses preuves, autant vous dire qu'ils n'ont pas le droit à l'erreur ; le vote est fait par le public, à main levée.

C'est à 21h00 pétante qu'EDENFALL investit la scène sous les applaudissements. Pas d'intro, pas le temps ; ce soir tout doit aller à l'essentiel, et le groupe en a plus que jamais conscience et c'est pourquoi ils ont décidé de frapper fort. C'est donc avec leur futur tube interplanétaire "Moonchild" que les Lorrains entament leur set. Aidé par un bon son, quoiqu'un peu trop de synthé, le groupe donne déjà tout sur ce premier morceau. Et il est peu dire qu'EDENFALL fait figure d'ovni sur cette affiche de par son énergie débordante, constat qui pourra à nouveau être fait en fin de soirée. Car le show de ce soir a été bien préparé, et du coup, tout le monde se lâche. Résultat, ça court dans tous les sens, Guillaume, Georges et Marie sont intenables. Cette dernière ayant décidée de renforcer pour notre grand plaisir visuel son jeu d'expression scénique au détriment de quelques notes très hautes qu'elle ne se sentira pas d'aller chercher.
"Arteries of the Underworld" continue sur la lancée du premier morceau, et le jeu de scène est vraiment impressionnant, Marie et Guillaume poussant même la fosse au jump sur le refrain très entraînant de cette chanson. A défaut d'avoir le temps de s'exprimer entre les morceaux, la vocaliste trouve le moyen de chauffer le public durant les quelques longs passages instrumentaux aux relents progressifs comme sur "Midnight Sun". Sur cette compo qui dure, on perçoit tout de même un petit relâchement, sûrement dut au départ en boulet de canon. Ca cafouille un peu à gauche à droite : Guillaume est au bord de la crise cardiaque, Georges en oubli son solo, et Eric cogne tellement fort que sa cymbale se fait la malle. A quoi bon? La prestation qui nous est donné ce soir est que du bonheur tant elle est musicalement agréable. Quand à l'aspect visuel, même si ça bouge moins par la suite, c'est un régal pour nos yeux, Marie interprétant à merveille son rôle de frontwoman, très touchante quand elle rentre dans ses mimiques tragiques qui ne sont par moment pas sans rappeler celle de Roy Khan (Kamelot) .
Le temps passe à une vitesse folle, et c'est pourquoi "Fallen" est amputée de son passage ballade, ce qui soit dit en passant, ne lui fait rien perdre de son émotion. A son tour, Pinot se libère et se laisse posséder par les dieux du headbanging, et la toute fin du morceau reste un des moments forts de ce concert. Déjà 20 minutes, et temps de conclure. Et c'est sur la note la plus métal de leur jeune carrière qu'EDENFALL va boucler son set, sur "Dust on My Wings part II". Dans l'euphorie d'une prestation réussite et le stresse de dépasser le temps limite, Georges ne se charge que de quelques passages black, laissant Marie s'époumoner à sa place, et qui aura de ce fait bien du mal à chercher quelques dernières notes, mais qui, en ne relâchant pas l'intensité de tout le concert, voit son maquillage couler de partout.

Et c'est ainsi que ce termine une très belle performance, bien au-dessus de celle livrée à Metz il y a un mois, très impressionnante de par sa motivation et de par la puissance qu'elle a pu montrer d'EDENFALL, qu'on a donc pu apprécier sous un grand jour. A croire que ce super effort de professionnalisme a payé, puisque même sous une foule d'applaudissement, la partie vote semblait bien mal engagée, mais EDENFALL s'est finalement vu sélectionné pour la finale du tremplin aux côtés de Diamond Dust qui eux aussi livreront un très bon set. Preuve en est qu'il existe encore une logique des choses dans ce bas monde. Encourageant n'est-ce pas?