~ Mon compte ~

Machina Deus Ex
L'Abri Blues @ Bois d'Arcy
le 07/11/2008
Publié le 14/12/2019, par le_renard
A la suite d’une petite erreur de communication, je suis arrivé à la salle une heure trop tôt. Qu’à cela ne tienne, je retrouve dehors Mickaël, Sandrine et des gens d’Interria pour discuter un peu. Mais le froid devenant de plus en plus saisissant, chacun est parti de son côté se réchauffer en attendant l’ouverture des portes.
Le concert a eu lieu dans une MJC, appelée « L’abri Blues », à Bois d’Arcy. Cette salle, d’une capacité de 200 personnes environ, est entièrement neuve et très bien équipée, avec un bar/buvette sur le côté. Très peu de monde ce soir là au moment de l’ouverture des portes (moins de trente personnes), malgré les deux pointures montantes du métal français qui se sont produites, Würm et Machina Deus Ex. Un troisième groupe (dont j’ai oublié le nom) avait été programmé, mais ils ont annulé : apparemment ils se seraient séparés peu de temps avant ce concert...

Ce sera Würm qui ouvrira la soirée. Le groupe, originaire du Val d’Oise, entre scène, derrière un immense écran de fumée. Les fumigènes sont d’ailleurs totalement inutiles, puisque la salle était entièrement plongée dans l’obscurité… Le groupe officie dans un métal électrique hybride, au chant varié, allant du chant clair jusqu’au chant criard écorché, en passant par du chant heavy. Le son est très correct, les guitares sont lourdes et violentes. Le batteur remplace le batteur originel qui s’est cassé le pouce, mais qui est quand même présent ce soir là pour aider. Après seulement quatre répétitions, ce nouveau batteur assure le show, et propose une très bonne prestation. Le rock-métal de Würm est heavy et précis, de très bonne qualité, le tout teinté d’électro. Ils jouent une reprise de Steppenwolf, « Born To Be Wild ». Les paroles sont explicites, les musiciens dégagent beaucoup d’énergie. Malheureusement, très peu de monde dans le public… On remarque juste une petite participation des trois poilus devant, et mêmes quelques irréductibles qui tentent du slam (qui se font en fait transporter par les autres…!). Bref, un concert assez court, de très beaux lights, une musique intéressante et bien interprétée. A revoir.

--------------------------------------------------------------------------

Machina Deus Ex a annoncé l’intention d’arrêter le projet, pour cause de divergences musicales. Ce soir ce sera donc leur tout dernier concert, on s’attend donc à de grands moments d’émotions. Les jeunes Versaillais ont mis les petits plats dans les grands pour ce dernier concert : leur décor à base de bustes de statues pour illustrer le concept de l’album « Figurines », l’introduction soignée, les lumières parfaitement adaptées, tous les éléments étaient réunis pour ce concert exceptionnel.
Le groupe commence les hostilités : malgré un léger problème de son au début du set (on entendait mal les voix) qui s’est rapidement arrangé, le concert étaient super bon. Un set carré, un professionnalisme impressionnant, tout le monde était très concentré sur son jeu. Mickaël assure ses parties guitares, aiguisées et tranchantes comme des lames de rasoirs, la basse d’Alain fait vibrer toute la salle, les tambourinements de Xavier derrière son kit de batterie arrachent tout sur leur passage. Le duo Gregory/Sandrine au chant est bougrement efficace, l’un répondant à l’autre dans des envolées vocales, le tout sur des rythmes électro-gothiques.
Très bonne ambiance dans le public, malgré le peu de monde présent. Les premiers rangs headbanguent comme des fous, je prendrais même soin d’éviter quelques violents pogos et une bataille de bière. On notera une nouvelle reprise, celle du groupe de rock américain Filter. Une véritable ovation a été faite à Machina à la fin de leur concert, ceux-ci sont revenus rejouer « Carcinogénic » en rappel improvisé.

Un excellent concert, vraiment dommage que ce soit le dernier… Mais le bassiste vient d’être papa, des divergences musicales ont forcé le groupe à abandonner MDE. Mickaël et Sandrine continueront dans le trip hop, peut-être rock. A suivre de près.