~ Mon compte ~

La Fille D'octobre
Théâtre Michel @ Paris
le 09/03/2009

photos
Publié le 14/12/2019, par le_renard
Le théâtre Michel, situé au cœur de Paris dans le 8ème arrondissement, est un petit théâtre centenaire, propre et très bien entretenu (ça brille de partout), où l’on joue d’ordinaire des vaudevilles. Je m’installe dans la fosse (le terme équivalent dans un théâtre doit être « l’orchestre »), les sièges sont assez serrés, j’ai les genoux dans le dos du monsieur devant moi, mais finalement on est bien assis. Le théâtre est rapidement plein.

La première partie est le groupe Septembre, un duo masculin français constitué de Nico au chant et à la guitare sèche, et Oliv au piano/clavier.
Ce soir c’est leur première scène, on leur pardonnera évidemment leur trac flagrant. Ils n’étaient pas vraiment à l'aise au début, mais cela s’est beaucoup mieux passé par la suite. La voix est rock, sèche et rocailleuse, un peu à la Damien Saez, mais en beaucoup moins nasillard. Le set débute avec le titre « Dans ma camisole », qui m’a littéralement scotché ! Les textes et les paroles sont explicites, et bouleversent par tant de tristesse et mélancolie, mais aussi par tant de réalité. Les mélodies sont belles, envoûtantes.
Le concert était relativement court, ils ont joué une petite demi heure, que je n’ai pas vu passer… Comble du paradoxe, le chanteur parvient même à placer quelques blagues, entre les chansons tristes et amères…
Très bel espoir de la chanson française, je vous recommande ce duo étonnant, ils en valent la peine.

Après une petit quart d’heure d’entracte, c’est au tour de La Fille d’Octobre de rentrer en scène.
L’intro se déroule avec le pianiste seul, sur le coté, jouant sur son clavier une petite musique aux sonorités d’un orgue de barbarie. Le rideau s'ouvre, pour laisser place au décor, absolument magnifique. Une roulotte dans le fond, un vieux chapiteau, de la paille jonchant le sol, et plein d'accessoires : de vêtements suspendus à la lanterne, de végétaux envahissant le pupitre à la petite pancarte où le nom de l’artiste est inscrit, rien n'est laissé au hasard. La Fille d’Octobre est assise sur un petit podium ressemblant à ceux que l’on trouve dans les cirques. Ce support est éclairé de l'intérieur, sa robe de voiles est illuminée par le dessous. En premier lieu son visage est dans l'ombre, une fumée épaisse agit comme un brouillard, à travers duquel on distingue la lune et un ciel étoilé.
Puis la musique et le chant commencent, les lumières s’allument, et c'est le début d'un voyage au pays des rêves. Magique, poétique, tragique, douloureux, romantique. Sa robe et ses yeux brillent sous les lumières, elle est absolument éblouissante. La jeune fille est accompagnée par une violoncelliste et le claviériste. Elle entame le concert par "Sous les nénuphars".
Le son est excellent, le théâtre dispose d’une très bonne acoustique. Sa voix porte bien, claire, pure et sans défaut. Absolument incroyable. Elle tournoie et danse gracieusement... Le spectacle est de toute beauté, autant visuel que sonore, c'est du vrai théâtre ! La mise en scène, les costumes et les décors y sont pour beaucoup, on se croirait à une comédie musicale. Bien que ce ne soit pas vraiment une comédie, car la musique et les textes sont sombres, noirs, tristes et émouvants. La jeune fille enchaine les images et le son, comme dans un film, et nous submerge d’émotions, par sa voix et sa gestuelle. Même sans micro, elle arrive à faire porter sa voix dans tout le théâtre, son chant est parfait. Fort ou attenué, puissant ou murmuré, grave ou aigu, elle est épatante dans tous les registres.
Elle utilise une balançoire sur l’une des chansons, et sur un autre morceau (je ne connais pas les titres…) elle lit une histoire à un enfant (symbolisé par une poupée), absolument touchant.
Avec tout ce décor, l'espace libre sur la scène se retrouve ainsi assez réduit, du coup quand elle bouge elle manque à deux fois de perdre l'équilibre, en butant sur une botte de foin ou sur un panier en osier.
Le public applaudit à tout rompre, même s’il met un peu de temps à réagir : les gens attendent quelques secondes à la fin des chansons avant d'applaudir, ça fait un peu bizarre, ce petit laps de temps de silence est assez déroutant. Néanmoins, l'accueil est chaleureux et les gens applaudissent les artistes comme il se doit.

Le spectacle (car il s’agit réellement d’un spectacle, et non plus d’un concert) a duré 1H15 environ, dont deux chansons en rappel, comprenant « Sous les nénuphars » jouée à la guitare, avec un invité dont j’ai oublié le nom.

Je ne connaissais que très peu de chansons, j’ai quasiment tout découvert, et je ne regrette vraiment pas !

Les photos du concert