~ Mon compte ~

Delain
La Scène Bastille @ Paris
le 29/04/2009

photos
Publié le 15/12/2019, par le_renard
Il est de ces concerts où dix minutes avant l'ouverture des portes, on ne trouve pas un chat
devant l'entrée de la salle. J'en ai connu plusieurs, ici, à la Scène Bastille.
Mais ce soir, c'est différent. Arrivé pourtant tôt sur place, une file d'attente énorme patientait
sur le trottoir le long des murs de cette petite rue, en plein coeur de Paris. L'événement qui
a lieu ce soir affiche complet depuis longtemps déjà...
Ce sont les Hollandais de Delain, qui reviennent à Paris. Leur dernière date remontant à
déjà plus d'un an (janvier 2008 à la Boule Noire), le public les attend "de pied ferme". En
effet, le combo connait un succès grandissant chaque jour, et c'est avec impatience que
nous attendons de voir ce que donnent en live les morceaux du tout nouvel album, "April
Rain".

En parlant de succès grandissant, c'est avec grand plaisir que nous retrouvons
Whyzdom, ce petit groupe parisien qui a l'honneur d'ouvrir pour Delain. Whyzdom
aura donc la lourde responsabilité de faire la première partie de Delain.

Les portes ouvrent, les gens s'engouffrent à l'intérieur de la petite salle, certains
s'agglutinant contre la scène. L'endroit n'est pas très spacieux, et montrera rapidement ses
limites de capacité. A deux ou trois rangs de la scène, j'attends fébrilement le début du
show. La scène est déjà plus ou moins préparée pour Delain, ce qui laisse très peu
d'espace à Whyzdom pour se défouler. La scène n'étant à la base pas très grande, elle se
trouve ridiculeusement petite pour les 6 membres du groupe... La batterie se retrouve
confinée sur un côté, Vynce (guitare/chant) aura même choisi de supprimer un retour pour
gagner de l'espace...

Les lumières s'éteignent enfin, les acclamations du public montent dans les airs,
l'ambiance se veut prête à imploser. Sur une musique d'introduction sombre, à base de
coups de tonnerre, d'orage et de choeurs ténébreux, les musiciens entrent en scène un à
un, suivie par Telya, toute encapuchonnée.
Le set débute par le morceau-titre de l'EP, "The Daughter Of The Night". Un flot de mélodies
savamment orchestrées, un rempart de riffs infranchissables, telle est la musique de
Whyzdom, envoûtante, qui a le don de vous faire décoller le coeur et les tripes, et vous
emmener dans un univers qu'eux seuls connaissent vraiment... La voix de Telya fait frémir,
donne la chair de poule, me donne la larme à l'oeil... Leur prestation ce soir n'est pas
seulement excellente, mais tout simplement proche de la "perfection". Je vois mal
comment on pourrait faire mieux. De tous les points de vue, tout a été parfait. Le son bien
équilibré (malgré un très léger problème de micro pour Vynce que l'on n'entendait pas
toujours distinctement), la voix de Telya à tomber, ses mouvements et sa gestuelle
théâtrale caractéristique, le gros headbang collectif, tout était réuni pour faire de ce concert
un monument à ne pas rater. Le public l'a d'ailleurs bien ressenti, et a offert au groupe un
accueil comme rarement j'ai vu un groupe de première partie se faire accueillir de la sorte.
Des cris, des jumps, une ovation extraordinaire. L'ambiance était telle qu'elle se
transmettait très facilement, tout le monde participait, même jusqu'au fond de la salle. Le
groupe a très nettement ressenti cet encouragement, et on peut dire que cela les a
vraiment touché. On sent Telya au bord des larmes, prête à éclater en sanglots.
Comme elle le dit elle-même, c'est une chance incroyable... Un an à peine après leur
formation, et ils ont l'honneur d'ouvrir pour un groupe tel que Delain!!
Whyzdom a un bel avenir devant lui, et ce n'est pas demain la veille qu'on n'entendra plus
parler d'eux...

SETLIST
Daughter Of The Night
The Witness
The Power of glory
The Train


Après ce raz-de-marée d'émotions dont nous a submergé Whyzdom, on fait une pause en
attendant que Delain se mette en place. Pour un groupe dont la moitié du matos
était déjà plus ou moins en place, on peut dire que l'attente a été un peu longue...

Néanmoins, malgré cette attente forcée, le public n'en démords pas, et réclame de vive voix
le groupe hollandais tant attendu. Les techniciens installent deux écrans géants latéraux et
un énorme backdrop aux couleurs de Delain. (Pendant ce temps, Whyzdom écoule son
stock au merchandising, la vente du dernier EP se fera à une jeune fille à l'autre bout de la
salle, à la criée, comme sur le marché aux poissons ^^)
L'attente se fera sous des tubes incontournables de Rammstein, le public se laissant
facilement prendre par le rythme, et headbanguant en rythme...

Enfin, les lumières s'éteignent, c'est l'euphorie dans la salle. Le public exulte. Le public crie
et hurle, à n'en plus finir. Dans une épaisse fumée, les musiciens entrent en scène un à un
pendant l'introduction, pendant laquelle une vidéo est diffusée sur les écrans. Charlotte
entre évidemment en dernier, attirant le regard de toute la foule. Elle porte un petit haut sexy
laissant apparaitre ses sous-vêtements tout en soulignant ses formes généreuses.
Charlotte est éblouissante, tant par visu que par ses talents vocaux. Elle a fait d'énormes
progrès depuis la première fois où je les ai vus, et je dois dire que cette amélioration
flagrante est toute à son avantage! Sa voix est juste, pure et cristalline. Elle part dans divers
registres, du chant clair au lyrique, toujours très précise. Rien à redire sur son attitude
scènique, elle bouge bien et fait tournoyer ses beaux et longs cheveux roux. Elle utilisera
parfois même le micro "rétro" comme sur la pochette d'"April Rain". Il ne manquerait que le
ventilo dans les cheveux pour que la scène représente exactement la pochette du disque!
Les musiciens l'accompagnant ne sont pas en reste, et remue énormément, à l'image de
Ronald le guitariste (qui assurera d'ailleurs quelques passages au chant, remplaçant
Marco Hietala), qui ne cesse de se trémousser et faire des petits signes au public.
Puisqu'on en parle, le public a très bien réagi pendant le concert, sautait, criait, hurlait, en
redemandait plus à chaque fois. La fosse entière jumpe en rythme sur des titres tels que
"The Gathering" ou "Virtue And Vice". Les fans, très présents ce soir-là, ont littéralement
"gâté" le groupe, avec des attentions toutes particulières, des pannonceaux où étaient
inscrits quelques mots en néerlandais, un drapeau français retourné pour ressembler au
drapeau des Pays-Bas, etc. On verra même un soufflé de bulles de savon sur "The
Gathering", tout est présent pour faire de ce concert un événement mémorable.
Charlotte avoue même que leur prochaine tournée se finira par une date ultime... ici-même,
à Paris!! Le public est aux anges. Une ambiance phénoménale ce soir-là, pleinement
appréciée par le groupe.
Charlotte adresse quelques mots en Français, les garçons motivant le public en agitant les
bras ou en tapant dans les mains.

Sur le titre "April Rain", le clip vidéo est diffusé sur les écrans, avec sa part de mystère... Le
reste du temps, les écrans servent à diffuser des images vidéos leur servant d'ambiance,
le logo du groupe, etc. Une caméra fixée à l'extrémité du manche de guitare de Ronald
permet de visualiser sur les écrans la grande maitrise dont il fait preuve pendant les solos.
Ses doigts vont et viennent à une vitesse effrénée sur les cordes de son instrument,
enchainant les notes à une vitesse effarante.
Sander (batteur) se lâche sur ses fûts, percute violemment les caisses claires qu'il a au
bout de ses baguettes, bourrine et se déchaine avec animosité pour rythmer la musique.
Martijn (clavier/composition) n'est pas mis à l'écart, et, subtilement éclairé par le bas, se fait
applaudir par les fans.
L'ambiance et la cohésion du groupe sur scène est remarquable, on sent nettement une
très forte union entre les membres, qui headbanguent à tout va, mêlant avec eux le public,
sur des morceaux tels que "The Gathering", "Sever" ou "Go away".

Le son dans l'ensemble est excellent, on n'est loin de tous les problèmes techniques
récurrents rencontrés dans cette salle. Comme quoi...!

Sous les hurlements du public complètement hystériques, Charlotte n'arrivera même pas à
annoncer leur dernier morceau... Visiblement, ils ne s'attendaient pas à un tel accueil...

En rappel, le groupe reviendra avec "Silhouette of a Dancer", avec Charlotte dansant en
ombre chinoise derrière les écrans géants. Demandé à l'unanimité (par les fans en tous
cas), ils joueront même le titre "Lost". Et pour finir en beauté la soirée, ils conclueront par le
titre "Pristine", une éloge au mélodico-lyrico-tragico-symphonique. ^^

Ainsi se termine cette soirée, sous des applaudissements interminables. Il faut dire que
Delain m'a véritablement bluffé, ils ont carrément évolué et progressé depuis leur tout
début... De "petite formation", ils sont passés à "véritable groupe", et c'est avec grand plaisir
que je retournerais les voir prochainement.

SETLIST
Intro
Invidia
Stay Forever
Sever
April Rain
The Gathering
Go Away
A Day For Ghosts
On The Other Side
Control The Storm
Frozen
Sleepwalkers' Dream
Virtue And Vice
Nothing Left
------
Silhouette Of A Dancer
Lost
Pristine


Les photos du concert